10) Naissance de notre univers 
         
H7 (Hypothèse du Big-Bang) 


 
         Rappels : Dans l'éther une vitesse est définie par rapport au corps solide qu'est le noyau B de l'éther et avec le temps de l'univers E2 le temps propre d'un point M de l'éther est la longueur de l'arc de méridien alpha-M. Ces temps propres sont identiques, à une constante près, aux temps poropres de la relativiité restreinte.
          L'éther avait une température uniforme quand, à un certain instant du temps de l’univers E2une éruption volcanique au pôle alpha de la boule a provoqué une élévation de la température de l'éther au voisinage de ce pôle. Cette élévation de température a été tellement importante que, par l'énergie tellement considérable ainsi apportée, elle a permis la naissance : 
   1. De toutes les ultra-particules de matière (upm) ;
   2. De toutes les ultra-particules d'antimatière (upam), celles-ci étant moins nombreuses que les upm ;
   3. De toutes les ultra-particules (upmn) d’une matière inconnue appelée matière noire, sensible exclusivement à la gravitation.    
          Toutes ces ultra-particules se sont éloignées du pôle alpha et continuent de s'en éloigner à la même vitesse en se propageant (page 7) le long des méridiens, leurs ondes brogliennes associées formant une onde 
SIGMA(tau), sensiblement normale aux méridiens, qui est notre univers E1.  A chaque instant tau de l'univers E2 toutes ces ultra-particules ont (en première approximation) le même temps propre s qui est l'âge de notre univers. L'onde SIGMA(tau) est une variété hyper-sphérique à 3 dimensions de rayon ρ = R.sin(s/R), où R désigne le rayon de l'éther [démonstration : équation de l’éther : x² + y² + z² + t² + u² = R² ; si l’axe des u est l’axe omega-alpha, l'onde SIGMA(tau) est incluse dans l'hyperplan H d'équation u = R.cos(s/R) ; d’où l’équation de SIGMA(tau) dans H : x² + y² + z² + t² = R²sin²(s/R)].  
          Dès que l'onde-univers SIGMA(tau)s'est suffisamment éloignée du pôle alpha et que le "champ magnétique étheré" (page 8) est devenu suffisamment directif pour permettre la création des photons, toutes les upam ont alors disparu en s'associant à des upm pour former des photons. Les upm restantes se sont regroupées pour commencer à former la matiére ordinaire telle qu'on la connait, mais ces regroupements ont provoqué un retard, en terme de temps propres, par rapport à l'onde SIGMA(tau) de sorte que très vite notre univers a acquis la structure suivante :
          Onde SIGMA(tau) formée exclusivement de matière noire, très dense et uniformément répartie, suivie de près par la matière ordinaire composant les galaxies. La matière noire attire par gravitation (page 9) les galaxies et tend à réduire leur retard. I
nversement une galaxie attire la matière noire "située juste en face" (c-à-dire sur les mêmes méridiens) et y provoque une déformation fonction de la taille de la galaxie. Il est tentant de considérer que l'onde SIGMA(tau) est l’espace-temps de la Relativité Générale.
          On peut raisonnablement supposer que la surface de la boule B n'est pas rigoureusement lisse mais qu'elle est "parsemée d'aspérités" (comme les montagnes sur la terre) qui n'ont aucune influence sur la propagation de l'onde de matière noire qui est tellement dense, mais qui attirent vers elles par gravitation les particules de matière ordinaire voisines ; d'où l'origine des premiers regroupements de matière ordinaire.
          L'existence des ondes de type L, infiniment plus rapides que la lumière et qui sont les vecteurs de l'information en physique quantique, rend inutile l'hypothése de l'inflation. 
          On verra à la page 15 que le rayon R de l'éther est de 38.06 Gal et il est admis que l'âge actuel de notre univers est s = 13.8 Ga. Actuellement (c-à-d pendant le million d'années qui vient de s'écouler) le rayon de notre univers E1 est donc ρ = R.sin(s/R) = 13.5 Gal.
Comme dρ/ds= cos(s/R) = 0.94  et d²ρ/ds² = -(1/R) sin(s/R) = -0.0092, on en déduit que notre univers est en expansion mais que celle-ci ralentit. 

.