15 – Calcul des grandes distances cosmiques
 
 
         On conserve les notations de la page précédente. Le but de ce paragraphe est le calcul, effectué par un observateur O, de la distance actuelle d'une galaxie contenant une source très lumineuse S. L'onde SIGMA(tau), qui est notre univers, a actuellement un rayon ρ = R.sin(t0/R) où to est l'âge actuel de notre univers et R le rayon de l'éther (cf page 10).

                                  

      
           Ce croquis représente le cercle C(to) qui est la section, par l’hyperplan H de E2 qui contient la position actuelle de notre univers, 
de la sphère ordinaire W sur laquelle se sont propagés les photons issus de S et reçus par l'observateur (voir page 14). I est le centre de ce cercle, S(to) et O(to) les positions actuelles de S et de O. Comme H est orthogonal à l’axe des pôles alpha-omega, les 2 rayons IS(to) et IO(to) constituent une section droite de l’angle dièdre formé par les méridiens trajectoires dans l'éther de S et de et l'angle qu'ils définissent vaut j radians.  
          La trajectoire dans l'éther d'un photon est "matérialisée" 
par les upmn qu'il a rencontrées. Les upmn, qui ont ainsi "matérialisé" les trjajectoires de tous les photons émis par S et reçus en O, se sont déplacées sur leurs trajectoires respectives (méridiens) et se retrouvent actuellement sur l'arc  S(to)O(to) du cercle C(to). qui mérite le nom de position actuelle des trajectoires des photons concernés. Sa longueur est d'ailleurs la plus courte distance séparant, actuellement dans notre univers, les postiions de S et de O : c'est la distance actuelle d de S à O qui vaut donc 
                                      
d = ρ.j = j. R.sin(t0/R).

          Considérons la fonction numérique psi de 3 variables réelles t0, R, Z définie par le programme  suivant :

tS = R.Arcsin[sin(t0/R)/(Z+1)]     [cf formule (14,2)]
j = Ln[tg(t0/2R)] – Ln[tg(tS/2R)     [cf formule (14,1)]
d = j.R.sin(t0/R)   
[distance actuelle en Gal]
psi(t0, R, Z) = d   

          Il est clair que, si t0 est l’âge actuel de l’univers et R le rayon de l’éther,  psi(t0, R, Z) représente la distance actuelle d à notre galaxie d’une source éloignée S dont la lumière présente le décalage spectral Z. L
a valeur 13.8 semblant faire consensus pour l'âge actuel to de l'univers, il suffit donc de connaître la valeur du rayon R de l'éther pour calculer la distance d à partir du décalage Z.

          La méthode choisie pour déterminer la valeur de R fait intervenir la constante de Hubble Ho = v/d où d est la distance actuelle à notre galaxie d'une source S et v sa vitesse d'éloignement. En supposant que  la formule Z+1 = racine carrée de (c+v)/(c-v) soit applicable  (effet Doppler-Fizeau relativiste), on trouve
v = c(u-1)/(u+1) où  u = (Z+1)².
Il est donc possible de calculer Ho en fonction de tout  couple (Z,R), si l'on admet que to = 13.8
 
          On sait que 2 valeurs de Ho divisent actuellement les cosmologistes 

- la valeur 67.8 issue du CMB par Planck 
- la valeur 73.5 calculée par l'équipe d'Adam Riess

          En effectuant le calcul de Ho selon le programme précédent pour un très grand nombre de valeurs possibles du couple (Z, R), on constate que les valeurs trouvées sont beaucoup plus proches de la valeur 67.8 que de la valeur 73.5. C'est donc le nombre 67.8 qui semble être, selon ma théorie, la bonne valeur de la constante de Hubble.

          La méthode utilisée pour calculer le rayon R de l'éther a consisté à
         1) construire une liste de valeurs de Z, allant de 0 à  0.5 et formant une suite arithmétique de raison 0.005
         2) choisir une valeur pour R et, pour chaque Z de la liste L,
calculer :
- a) la distance d = 
psi(13.8, R, Z) ;
- b) la vitesse d'éloignement V d'une source correspondant à ce Z ;
- c) H = V/d (d en Mpc);
- d) la différence entre H et Ho (= 67.8) ssi d < 3 Gal ;
- e) et enfin la plus grande de ces différences, notée MAX(R) ;
         3) Déterminer la valeur de R qui donne à 
MAX(R) la plus petite valeur possible. 

          J'ai trouvé que c'est la valeur R = 38.06 Gal qui donne à 
MAX(R) sa valeur minimale (0.24%) et qui fournit donc le meilleur accord possible entre ma théorie et la valeur 67.8 de Ho pour les petites valeurs de Z.

         C'est cette valeur de R qui doit être considérée comme étant le rayon de l'éther et c'est avec elle que j'ai construit le tableau de la page d'accueil et le tableau suivant qui indique, pour une source lumineuse S et pour quelques valeurs de Z, l'âges ts de l'univers à l'émission de la lumière reçue par l'observateur O, la distance actuelle de S et sa "distance angulaire" j en degrés. 

                                   



         Remarque - Touts les tentatives d'un calcul de R à partir de la valeur 73.5 de Ho ont échoué.
          
 







 Gal



Créer un site
Créer un site