Théorie du troisième infini
Un nouveau modèle cosmologique

 

                                                                        

 

         C’est la découverte d’une certaine représentation  géométrique des formules de Lorentz qui m’a conduit à bâtir la présente théorie qui est un nouveau modèle cosmologique pouvant résoudre, me semble-t-il, plusieurs difficultés du modèle standard.
        Cette théorie repose essentiellement sur l’hypothèse que notre univers est inclus dans des univers semblables de dimensions supérieures à 3. Sa grande originalité est de prévoir l’existence d’ondes infiniment plus rapides que la lumière q
ui sont les vecteurs de l’information en physique quantique et qui permettent la construction d'une théorie physico-mécanique de la gravitation. 
        Cette théorie fournit également  un calcul très simple de l’âge de l’univers auquel elle attribue une valeur qui est de l’ordre de 24 milliards d’années soit 10 milliards de plus que l’âge donné par le modèle standard ; il n’y a là aucune contradiction : pendant ces 10 milliards d’années l’expansion naturelle de l’univers lui a fait atteindre les dimensions attribuées par le modèle standard immédiatement après l’extraordinaire inflation cosmique.  
        Aucun problème d’horizon  ou de platitude avec cette théorie.

Sommaire 

  1. Représentation géométrique des formules de Lorentz
  2. Les bases de la théorie
  3. L'éther           
  4. Les ultra-particules
  5. Energie d'une ultra-particule
  6. Propriétés des ultra-particules
  7. Propagation des ultra particules
  8. Les quanta
  9. La gravitation
  10. Naissance et structure de notre univers
  11. La cinématique relativiste
  12. La dynamique relativiste
  13. Le rôle fondamental de la matière noire
  14. Le décalage spectral dû à l'expansion de l'univers
  15. Calcul des grandes distances cosmiques
  16. Age de l’univers et rayon de l’éther

Annexe A : vitesse de la lumière et formule de Louis de Broglie    
Annexe B : l'algèbre de Clifford C16    
    


           Remarque - La lecture de la page 12 et de l'annexe A n'est pas indispensable pour une bonne compréhension de la théorie. Ces pages contiennent les démonstrations qui prouvent que les postulats de la cinématique et de la dynamique relativistes sont de simples conséquences des hypothèses de la présente théorie. 
En particulier j'y démontre, qu'à part les gravitons, aucune particule ne peut dépasser la vitesse de la lumière.




          Avertissement - Le serveur que j'ai utilisé ne dispose pas de l'alphabet grec. Comme le texte de ma théorie contient des lettres grecques, j'ai dû en remplacer quelques-unes par leurs appellations.

Pierre Sigaud
ancien prof de prépa
lycée Champollion
Grenoble