8)  Les quanta 
          Dans la présente théorie, les quanta sont les particules de masse nulle de la physique quantique. Les photons sont donc des quanta particuliers. Or un photon n'est pas une ultra-particule, sinon les résultats précédents lui seraient applicables et comme son onde broglienne associée est parallèle à la direction privilégiée des méridiens (page 1), il posséderait une trajectoire orthogonale aux méridiens et par suite un temps propre parfaitement défini et constant, ce qui est absurde : un photon est donc une particule composée. Comme les photons peuvent donner naissance à des couples électron-positon, il est assez naturel de considérer les quanta comme des particules composées d'une upm et d'une upam.

          Pour expliquer le parallélisme de son onde broglienne aux méridiens, on est amené à définir un quanta q comme étant une particule composée de deux ultra-particules conjuguées, c'est-à-dire de deux ultra-particules U et U' dont les positions sont, à chaque instant absolu, images l'une de l'autre dans une symétrie-miroir qui conserve les méridiens : U et U' sont l'une une upm et l'autre une upam, leurs ondes brogliennes associées ont la même amplitude, la même fréquence et elles sont synchronisées. Les positions de  U et de U' étant deux à deux situées sur un même méridien, il en résulte que l'onde broglienne associée au quanta q, qui est la somme des ondes brogliennes associées à U et U', est plane, parallèle aux méridiens, et présente, dans le sens des méridiens, une planéité très étendue. D'où l'absence de temps propre bien défini pour un quanta (U et U' ont des temps propres différents)  dont  le  vecteur-vitesse peut largement différer de son vecteur-directeur qui est normal aux méridiens.
Les ondes brogliennes des deux composantes U et U' d'un quanta q ont la même fréquence nu et donc la même énergie E (cf. H4) ; comme leur somme, qui est l'onde associée à q, a aussi la même fréquence, il faut admettre que « l'énergie de liaison » entre U et U' est précisément égale à E pour que q vérifie aussi l'hypothèse H4.
 
L'hypothèse suivante précise les propriétés attribuées aux quanta :

 
H6 (Hypothèse des quanta) - Un quanta est une particule stable composée de deux ultra-particules conjuguées ; son vecteur-directeur est orthogonal aux méridiens et l'hypothèse H4 est vérifiée.
Dans certaines conditions, les deux composantes d'un quanta peuvent se dissocier et donner naissance à deux ultra-particules indépendantes et, réciproquement, une upm et une upam peuvent donner naissance à un quanta.
         Une ultra-particule peut émettre ou absorber (c'est-à-dire créer ou faire disparaître) certains quanta en respectant notamment la conservation de l'énergie et de la quantité de mouvement.
          Les interactions entre deux ultra-particules se font exclusivement par échange de quanta (à l'exception des interactions gravitationnelles) et les quanta n'interagissent pas entre eux.